Zyra, Impeck, Izao & Sayane

Je vous présente mes 4 équidés

Impeck du Parnasse

Impeck est un anglo-arabe au caractère bien trempé qu'on m'a donné alors que nous avions tous les deux 15 ans. 

Ce n'était pas un cheval pour débutant. Certes, il ne s'arrêtait sur aucun obstacle, mais à côté de ça, il était très nerveux, ne partait pas en balade, embarquait et cabrait dès que je le contrariais. Le brosser ou même le caresser était compliqué car il mordait dès qu'on le touchait. Très sympa ... Mais il était mon premier cheval et j'avais envie de tout faire avec lui ! Avec le temps, nous avons appris à nous connaitre et à nous amadouer. Je lui ai fait découvrir les balades et nous avons remporté de nombreux concours et challenges ! C'était un gagnant, un cheval au tempérament de feu qui aimait la vitesse et l'obstacle ! Je me souviendrai toujours de cet après-midi où nous sommes partis dans les bois sous la neige. J'étais à cru en licol et nous avons piqué un fabuleux galop dans les bois. Malgré sa puissance, j'ai toujours eu une confiante aveugle en lui. 

Aujourd'hui, âgé de 28 ans, il vit sa retraite en prairie en bordure de forêt avec Zyra, Izao et Flor, une jument espagnole.

Zyra

Zyra, quant à elle, est une petite mule qui est entrée dans ma vie un peu par hasard lorsque j'avais 14 ans et alors qu'elle avait 6 mois. 

Adolescente, je souhaitais avoir mon premier cheval, mais mon oncle n'a accepté que de prendre qu'un âne. Malgré tout ravie, j'ai parcouru les annonces le soir-même et je suis tombée sous le charme d'une petite mule tout juste sevrée. Je suis allée la voir, et malgré le fait que je n'ai même pas pu la toucher (elle était méfiante) et que je n'y connaissais rien en mules, c'était elle que je voulais. Deux semaines plus tard, Zyra débarquait avec son caractère bien trempé dans une prairie près de chez moi. Du caractère, elle en avait... Si bien que la première semaine, je n'ai pas su rentrer dans sa prairie sous peine de me faire expulser à coups de pieds. Du haut de ses 6 mois, elle terrorisait tout le monde. Je me suis accrochée et avec de la patience et de la détermination, j'ai enfin réussi à m'imposer et à me faire accepter à ses côtés. Nous avons grandi ensemble et beaucoup joué dans sa prairie. Nous faisions des courses poursuites et je passais des heures allongée près d'elle au soleil. J'ai commencé à lui apprendre quelques tours comme le cabré et le salut, pour s'amuser.

Aujourd'hui, elle connait une panoplie de figures de spectacle. Je travaille avec elle beaucoup au renforcement positif car c'est une mule, on ne l'oblige à rien et c'est une grande source de motivation pour elle. Nous travaillons essentiellement dans sa prairie et sur les chemins de balade car je ne dispose pas de piste. Je travaille beaucoup au feeling avec elle, sans jamais la forcer, ce qui nous permet de garder notre authenticité et notre brin de folie. Je la laisse beaucoup s'exprimer. Il y a 3 ans, nous avons fait nos premiers pas en tant qu'artistes dans le monde du spectacle équestre. Nous nous sommes produites lors de très beaux événements, comme des salons du cheval, des ferias et fêtes. Cette année, nous avons monté un nouveau numéro humoristique intitulé "Tête de mule". C'est grâce à Zyra que je me suis passionnée des mules. 

Izao 

C'est le dernier arrivé, en août 2018, sur un coup de tête ! 

Pourquoi avoir repris un mulet et non un cheval ? Peut-être car leur intelligence me fascine et qu'ils me poussent à me remettre en question et devenir encore meilleure. Ca faisait quelques années que monter mon propre cheval me manque. Je regardais les annonces, sans forcément chercher. Je m'étais toujours dit que je reprendrais une grande pouliche de sport (obstacle), d'1 an ou 2, avec une couleur originale ou noire. Puis un jour, avec cette future jument, je me ferai peut-être faire une mule mais bien plus tard. 

Puis une amie m'a envoyé une photo d'une mule à vendre du côté flamand et qui ressemblait beaucoup à Zyra. Ca m'a troublé. Et je me suis rappelée de cette phrase que je me répétais souvent: " C'est dommage que Zyra soit si petite, j'aurais rêvé avoir la même en plus grande ". Par curiosité, j'ai contacté la propriétaire et je suis allée la voir. Pourtant, elle avait déjà 4 ans, n'était pas très originale, pas très grande et en plus de mère espagnole … En discutant avec sa propriétaire en anglais, je m'aperçois que je me trompe et qu'en fait c'est un mâle. 

Lors de ma 1ère visite, je découvre un mulet très mal éduqué ! Lorsqu'ils l'ont amené dans le rond de longe, il a embarqué et arraché la corde au moins 4 fois, a choté vers sa propriétaire, a choté vers un chien. Au bout de plusieurs essais, il rentre dans le rond de longe. Je tente de le faire courir pour le voir bouger et sauter, mais il était vraiment mou et fonçait dans les barres. Tout pour me plaire… Je le travaille un peu à pieds et il me bouscule, me pousser avec son épaule. Je ne savais même pas le guider au pas. C'était un mulet pas méchant, mais dès qu'on le contrariait, il se mettait en opposition et devenait irrespectueux. En le ramenant à son paddock, il s'est à nouveau enfoui en arrachant la longe. Le voilà partir fièrement au grand trot à travers le chemin. Et là je me suis dit qu'il avait quand même un truc.

J'ai conclu la visite sans grande conviction. Ce n'était pas lui. Mais la semaine, ça m'a travaillé et j'avais envie d'aller le voir une dernière fois. La propriétaire m'a proposé d'y aller toute seule, sans le sortir de son paddock. J'y suis retournée avec mon compagnon et Ozzy était content de nous voir. On a joué tous les deux à faire des courses, à le gratter. J'ai vraiment passé un bon moment et on a décidé de l'acheter. 

Lors de son départ, il m'en a fait voir de toutes les couleurs pour monter dans le van. Il m'a arraché la longe au moins 20 fois ! J'avais les doigts brûlés ! Il n'avait pas peur, juste pas envie, et c'est impossible d'obliger un mulet. On a finalement réussi en reculant le van contre un mur et le trajet s'est très bien passé. Arrivé à sa nouvelle prairie, il m'embarquera encore une fois...

Depuis, nous avons appris à nous connaitre et surtout à nous faire confiance. On passe beaucoup de temps ensemble, on travaille gentiment, on fait nos premières balades à pieds et il m'épate. C'est vraiment un chouette mulet qui aime qu'on joue avec lui, parfois un peu trop collant. Il n'est pas vraiment débourré mais je monte sur son dos quand j'ai envie. J'ai pleins d'idées et d'envies pour nous. Je me réjouis de voir où la vie nous mènera. La règle d'or, c'est qu'on profite. Aujourd'hui je comprends mieux pourquoi il est entré dans ma vie. 

Sayane

La petite dernière, une jument arabe arrivée par hasard chez moi en avril 2020. Je l'ai récupérée car elle était très négligée et en état de sous nutrition grave... J'avais dit que je la revendrais quand elle serait en état, mais elle s'est fait une belle place dans le troupeau.